Crédit photo © Hélène Gadoury lors de la retraite « Dans nos ventres » au Portugal avec Miguel Sevilhano qui sait déposer l’amour dans le cœur des femmes.

Partage

Cœur ouvert

Crédit photo © Hélène Gadoury lors de la retraite « Dans nos ventres » au Portugal avec Miguel Sevilhano qui sait déposer l’amour dans le cœur des femmes.

Je reviens de ces quelques jours totalement dépouillée. Sans carapace, sans armes, sans coquille pour me protéger. Je reviens de ces quelques jours et j’ouvre les yeux sur un monde qui me glace le sang. Je me sens nue dans l’arène. Prête à me faire dévorer. Fragile. Incapable de résister. Je vis un flow émotionnel qui me bouleverse. Tout se mélange. Les parties de moi que j’ai retrouvées, l’écho des voix de celles que j’ai écoutées, mon cœur qui a baissé sa garde et qui n’a pas eu peur d’aimer. Je sens encore sur mes joues les larmes brûlantes qui ont coulé. Des larmes anciennes comme le temps. Quelque chose a lâché. Quelque chose de grand et d’important.

J’ai vécu les 5 jours les plus touchants et les plus bouleversants de ma vie. 5 jours de beauté pure. Comme un espoir retrouvé. Un rappel que l’amour est plus fort que tout. Et qu’avec l’amour nous pouvons tout traverser.

Aujourd’hui je me sens minuscule, invisible et profondément fragile. Comme cette pousse qui sort de terre et découvre l’adversité. Mais je me sens aussi immense, puissante et plus que jamais déterminée.
Déterminée à continuer d’œuvrer pour la lumière, à choisir par dessus tout la vérité, à prendre les chemins difficiles si c’est nécessaire mais à me montrer courageuse comme je l’ai toujours fait. Et à ouvrir mon cœur surtout. Ouvrir mon cœur. Pour ne pas céder à la peur. Et ne pas juger l’autre non plus.

Alors malgré les pleurs, il y a de la lumière là où je suis. Beaucoup de lumière. Il y a de l’envie aussi. Il y a des chants d’espoir. Des cris de libération. Il y a une immense liberté. Une envie de vivre. Et une grâce infinie.

Aujourd’hui je me relie à notre cercle de Gardiennes. Ces 18 femmes qui sans le savoir m’ont montré le chemin que j’avais perdu. Nous sommes les Gardiennes de la Terre. Gardiennes du vent. De l’eau. Du feu. Des pierres. Mais nous sommes surtout les Gardiennes de ce nouveau monde mes sœurs. De l’Amour et de la Liberté. Et c’est ensemble que nous le construirons. Battement d’ailes après battement d’ailes.

Vous aimerez peut-être :

Inscrivez-vous à notre Newsletter et recevez nos inspirations ainsi que les dates de nos prochains évènements directement dans votre boîte mail.

Vous souhaitez des informations sur nos prestations, nos prochains événements, ou vous avez une question sur notre projet ? Contactez-nous pour plus d‘informations :

hello.lesallumettes@gmail.com
2017 © Les Allumettes - Tous droits réservés . Made with by Pan-Pan & Slash Slash